Enseignants-chercheurs

Francesca Cozzolino

(Ph.D), anthropologue

Francesca Cozzolino est enseignante de sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris, chercheure associée à EnsadLab, laboratoire de recherche en art et design et membre affiliée au Laboratoire d’Ethnologie et Sociologie Comparative (LESC) de l’Université de Paris Nanterre. Spécialisée dans l’ethnographie des pratiques artistiques, ses travaux de recherche se situent à la croisée de l’anthropologie de l’art, l’anthropologie de la culture matérielle et les visual studies.

Titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale et culturelle obtenu à l’EHESS de Paris en 2010, depuis elle a réalisé plusieurs enquêtes dans le monde de l’art et du design et mené plusieurs missions de recherche en France et à l’étranger (Europe, Etats-Unis, Benin, Mozambique, Mexique). Ses travaux défendent une anthropologie qui s’intéresse à la création, dans la diversité de ses pratiques (design, art contemporaine, graphisme) et dans différents contextes culturels en s’attachant plus précisément à une analyse de la création dans les dimensions interactive, matérielle, située et performative. Par ces enquêtes, elle s’attache, d’une part à comprendre comment la création participe de la fabrique du social (enjeux identitaires, politiques et culturels) ainsi que les manières dont une société, à partir des formes artistiques et des discours sur la création qu’elle produit, pense le politique et son propre avenir là où celui-ci est particulièrement problématique.

Elle prépare actuellement un ouvrage numérique sur le designer graphique Pierre di Sciullo (ABM édition) et plus récemment, elle a entrepris de nouvelles enquêtes de terrain au Mexique, où en s’intéressant aux productions dans les écoles d’art et de design, à des collectifs autonomes d’artistes et à des centres culturels indépendant, elle interroge ce qui dans cette société spécifique relie l’art à la pédagogie et à l’exercice du pouvoir.

Elle est membre du comité de rédaction des revues « Ateliers d’Anthropologie », « Polygraphe(s) », « Quadernos de Arte y Antrhopologia » et « Economia Creativa ».
Elle a publié plusieurs chapitres d’ouvrages et articles scientifiques et elle contribue régulièrement à des revues d’art et de design ou des catalogues d’exposition. Elle collabore avec des artistes et designers en mettant en œuvre des projets au croisement entre art et sciences sociales à forte dimension expérimentale et spéculative.

Au sein d’EnsadLab, elle co-dirige, avec Emanuele Quiz, le séminaire doctoral, elle participe aux activités du groupe de recherche « Reflective interaction » et elle dirige le programme de recherche « L’art fait société » financé par l’IRIS PSL « Cognition, création, société ».

Domaines de recherche :
Anthropologie de la création artistique, transferts et circulations dans les cultures visuelles, culture matérielle, inscriptions urbaines, fonctions et usages de l’image et de l’écriture dans la ville, graphisme, design.

page academia

Ouvrages

Cozzolino Francesca, Peindre pour agir. Muralisme et politique en Sardaigne, Paris, éd. Karthala, 2017.
Cozzolino Francesca, Cumbe Cumbe, Fraenkel Béatrice, (2016), Les écritures urbaines de Maputo : lire, écrire, agir dans la rue, Maputo, éd. Alcance.

Chapitres d’ouvrages collectifs

•    Cozzolino Francesca, 2016, « La fabrique de l’art. Contextualisations et circulations d’une œuvre de l’artiste Meschac Gaba », L’homme et la société, n°199, juillet 2016, p. 195-215.
•    Cozzolino, F. 2016, « Disegnare per agire. Arti grafiche e politica nello spazio pubblico » in M. Giammaitoini (a cura di), Le arti e la politica, Padova, CLEUP, p. 69-89.
•    Cozzolino, F. 2016, « Signaler le patrimoine. Le cas de la ville de Pau » in Cozzolino F., Cumbe C., Fraenkel B., Les écritures urbaines de Maputo : lire, écrire, agir dans la rue, éd. Alcance, Maputo, p. 75-85.
•    Cozzolino, F. 2014, « The artification process in the case of murals in Sardegna », in Ricardo Campos and Clara Sarmento (sous la direction de), Popular & visual culture : contexts of design, circulation and consumption, London, Cambridge Scholars Publishing, p.167-190.
•    Cozzolino, F. 2012, « La nozione di artificazione nel caso dei murales della Sardegna », in Giammaitoini M. (a cura di), La sociologie delle arti tra storia e storie di vita, Roma, CLEUP, p. 243-259.
•    Cozzolino, F. 2009, « Un exemple de prise de parole sur les murs : les peintures murales d’Orgosolo » in Brighenti A. (dir.), The Wall and the City / Il muro e la città / Le mur et la ville, Trento, Mimesis/ Il Brennero-Der Brenner, p. 97-108.

Articles dans des revues scientifiques

•    Cozzolino, F. 2016, « La fabrique de l’art. Contextualisations et circulations d’une œuvre de l’artiste Meschac Gaba », in L’homme et la société, n°200, avril-juin 2016, p. 195-215.
•    Cozzolino, F. 2016, « Vers un design des situations.  Ethnographie d’un projet de design urbain », in Essai de bricologie. Ethnologie de l’art et du design contemporain, Techniques et Culture, n° 64, p. 76-93.
•     Cozzolino, F. 2014, « Enquêter l’écrit en situation. Une démarche exploratoire de pédagogie et de recherche », in Revue Échappées, n° 2, revue annuelle d’art et design de l’École supérieure d’art des Pyrénées, printemps 2014, p. 72-77.
•    Cozzolino, F. 2014, « L’histoire complexe du muralisme en Sardaigne. L’invention d’une tradition de peinture murale et ses multiples influences », in Dossier spécial « Un siècle de peinture murale. Fonctions et dynamiques comparées », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, revue électronique du laboratoire CERMA/EHESS, numéro de février, en ligne : http://nuevomundo.revues.org/66333
•    Cozzolino, F. et Epstein A., 2014, « Un siècle de peinture murale. Fonctions et dynamiques comparées », introduction au Dossier spécial « Un siècle de peinture murale. Fonctions et dynamiques comparées », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, revue électronique du laboratoire CERMA/EHESS, numéro de février, en ligne : http://nuevomundo.revues.org/66325
•    Cozzolino, F. 2013, « De la pratique militante à la fabrication du patrimoine. Le cas des murales de la Sardaigne », Cultures & Conflits, n° 91/92, « Iconographie politique contestataire », p. 45-64.
•    Cozzolino, F. 2013, « L’invention et le devenir d’une tradition. Les murales d’Orgosolo en Sardaigne », Cultures & Sociétés. Sciences de l’homme, n°25, p. 101-110.
•    Cozzolino, F. 2012, « Penser un objet de design dans la ville. Premiers éléments d’une enquête en cours sur le projet nAutrevielle », le Philotope n°9, p. 85-91.

Articles de périodiques

•    Cozzolino, F. 2010, « L’affichage de la parole contestataire. Le cas des murales d’Orgosolo (Sardaigne) », Silence, n°376, dossier « Les murs, médias alternatifs », p.10-13.
•    Cozzolino, F. 2009, « Cochons pour les touristes. Le double jeu des peintures murales de la Sardaigne. De l’engagement politique des années ‘68 aux rituels touristiques d’aujourd’hui » La revue Cochon, numéro unique, p. 11-14.
•    Cozzolino, F. 2007 « Les murs ont la parole : Sardaigne », Le Tigre n°1, p. 50-55.

Articles dans des revues d’art

•    Cozzolino Francesca, 2016, « La teoria del quotidiano di De Certeau e la sua circolazione », in Progetto Grafico, n°29, p. 130-133.
•    Cozzolino, F. 2013, « Documenter le présent. Meschac Gaba, troubadour de l’Afrique contemporaine », in La semaine, publication réalisée dans le cadre de l’exposition « Meschac Gaba. Pérégrination(s) », FRAC, PACA, Vieille Charité, Marseille, octobre 2013-janvier 2014, p. 4-10.
•    Cozzolino, F. 2013, « Lire la ville, écrire la ville », BO, revue de l’espace d’art contemporain Le Bel Ordinaire, numéro 3, p. 12-15.
•    Cozzolino, F. 2012, « Meschac Gaba et la performance Bibliothèque Roulante », Journal de la Biennale Regards Benin, 8 novembre 2012 – 13 janvier 2013.
•    Cozzolino, F. 2003, « Jacques Charliers et Leo Cooper au SMACK de Gand », Exibart, en ligne.

Article dans ouvrages de vulgarisation

Cozzolino, F. 2011, « Notes sur l’observation d’une marche urbaine », in La ville est à nous. Manuel pour la lecture de l’espace urbain. Ivry, Ne pas Plier, p. 170-173.

Compte – rendu d’ouvrage

Jean-Luc Poueyto, Manouches et mondes de l’écrit, Paris, Karthala, 2011, in Gradhiva, numéro de février 2015, p.254-255.

16.04.2019

Forensic Architecture – Conférence à l’EnsAD, 13.05.2019

[:fr]   Forensic Architecture (lit. architecture d'investigation) est un laboratoire de recherche indépendant basé à Goldsmiths, University of London. Le laboratoire conçoit des enquêtes mêlant architecture et médias au nom de procureurs internationaux, d’organisations de défense des droits de l’homme et/ou de groupes d’investigation politique et environnementale. Son équipe pluridisciplinaire comprend ainsi des architectes, des chercheurs, des artistes, des réalisateurs, des développeurs informaticiens, des journalistes d’investigation, des juristes et des scientifiques. À travers son travail d’enquête, Forensic Architecture développe des méthodologies qui réaffirment une notion de vérité publique au sein de la condition contemporaine. La conférence du 13 mai prochain à l'EnsAD présentera une vue d’ensemble de l’œuvre de Forensic Architecture, depuis ses débuts en 2011. La conférence s’articulera autour de cinq concepts clé : la contre-enquête, l’esthétique du forum, le complexe images-données, la maquettes opératoire et l’architecture de la mémoire – qui seront chacun présentés via une sélection de projets. Ainsi, l’affaire #Ayotzinapa – une contre-enquête sur la disparition de 43 étudiants d’Iguala, Guerrero (Mexique) dans la nuit du 26 septembre 2014 – qui a rendu visible le degré d’implication des agences gouvernementales avec le crime organisé. Ce résultat a été rendu possible grâce à une plateforme interactive de la violence sur laquelle ont été cartographiés, dans l’espace et dans le temps, des témoignages de victimes, des reconstructions 3D ou encore des sources journalistiques. Cette conférence s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « L’art fait société, nouvelles écologies sociales et formes hybrides de publication » dirigé à EnsadLab par Francesca Cozzolino (enseignante-chercheure, EnsadLab/Lesc) avec la collaboration de Pierre-Olivier Dittmar (maître de conférence CRH-GAHOM - École des hautes études en sciences sociales (EHESS)/ Techniques&Culture), le soutien de l'Université PSL dans le cadre du projet #IRIS « Création, cognition et société » et de la Chaire « arts & sciences ». La conférence, en anglais, sera modérée par Francesca Cozzolino et Sophie Krier. Inscription obligatoire : evenement.recherche@ensad.fr[:]