Les doctorants d’EnsadLab bénéficient d’un environnement de recherche double : à l’EnsAD et à l’Université. Actuellement, sept doctorants et une post-doc sont financés par PSL et une doctorante ainsi qu’un post-doctorant sont financés par le Labex Arts-H2H.

Julie Brugier

La subsistance dans la construction d’une culture vernaculaire de l’écologie

Les nouvelles préoccupations écologiques liées à la prise de conscience de notre responsabilité dans la crise environnementale et climatique, ont depuis une dixaine d’années un impact fort sur les productions du design. Plusieurs manières de répondre aux enjeux de cette crise se dessinent, requestionnant à la fois nos ressources, nos modes productifs, nos techniques ou notre organisation sociale. La crise environnementale semble être à l’origine d’un renouvellement symbolique, technique et esthétique de nos cadres de vie.

Cette recherche se concentre sur une tendance de ce renouvellement qui tend à valoriser le frugal, le pauvre ou encore la subsistance, et qui place ces notions comme des valeurs positives et fondatrices pour tout projet. De nombreux designers font aujourd’hui transparaître dans leur pratique une charte éthique régie par la frugalité et l’économie. Cela se manifeste également par la réapparition de technologies pauvres, basses, parfois même archaïques. Ce phénomène participe ainsi à la constitution d’une esthétique du pauvre, du frugal et du brut, qui semble s’affirmer de plus en plus fortement dans la création.

L’objectif sera donc d’inventer des outils, objets, aménagements initiant de nouvelles pratiques de subsistance locales, et mettant en oeuvre les ressources pauvres et inexploitées qui nous environnent, qu’elles soient énergétiques ou matérielles.