Les doctorants d’EnsadLab bénéficient d’un environnement de recherche double : à l’EnsAD et à l’Université. Actuellement, sept doctorants et une post-doc sont financés par PSL et une doctorante ainsi qu’un post-doctorant sont financés par le Labex Arts-H2H.

Emile De Visscher

Factures et Manufactures Technophanes.
Une recherche par le design d’outils et de processus éthiques et esthétiques, pour stimuler auprès du plus grand nombre la production et transformation de matériaux à l’échelle locale et quotidienne.

Directeur de recherche HdR :
Samuel Bianchini, artiste, Maître de Conférence HdR, directeur du programme de recherche Reflective Interaction/EnsadLab, École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL.

Co-directeur de recherche :
Roger Malina, Professeur émérite en art et technologies, Université du Texas à Dallas.

Co-encadrant :
Patrick Renaud, designer, enseignant et directeur du programme de recherche Symbiose/EnsadLab, École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL.

Laboratoire de rattachements :
Symbiose / EnsadLab

Financement :
SACRe – PSL Research University

Problématique
Dans un contexte d’urgence écologique qui requiert de reconsidérer les impacts de la production matérielle, comment élaborer des outils de fabrication capables d’intéresser et de mobiliser des individus et des collectifs afin de constituer des publics alors parties prenantes de nouvelles formes de manufactures ?

Hypothèse
Au-delà des outils de fabrication à échelle locale, accessibles et ouverts qui se développent actuellement dans le champ du design, il est possible d’inventer et de partager des manufactures technophaniques, qui articulent le processus technique, le régime symbolique et l’expérience sensible, afin d’enrôler des individus et des collectifs dans la transformation de nos modes de production et de consommation.

Face à l’urgence écologique et la domination d’un système industriel nous rendant consommateurs d’objets dont nous ne maîtrisons ni ne connaissons les provenances et les conséquences, autrement dit les écologies, se pose la question de la compréhension et de l’accès à la technique pour une “response-abilisation” commune. C’est en ce sens qu’une série de mouvements récents se sont développés autour de l’invention d’outils de production ouverts, locaux, visibles et appréhendables, motivés par une volonté de démocratisation et de partage. Mais, malgré la portée et l’importance de ces initiatives, elles sont souvent présentées et traitées comme de simples moyens alternatifs, alors que réside dans cette socialisation de la mise en œuvre des opportunités de transformations fondamentales du rapport à la technique. Dans cette thèse, est proposé d’explorer les conditions d’invention, de développement et de partage de procédés techniques impliquant la pleine prise en compte de leurs régimes esthétique et symbolique. Cette technicité sensible inscrite dans un réseau de significations culturelles, qualifiée de technophanie par Simondon en miroir à la hiérophanie d’Eliade, permet de puiser dans des imaginaires communs pour intéresser des collectifs et en fournir les clés de problématisation. Réintégrant le geste dans le processus de production, ces “manufactures technophaniques” nous sortent de l’inéluctabilité du progrès technique froid et distant, elles cherchent à nous faire “aimer les techniques à nouveau” pour devenir choses publiques, “res publica”, c’est-à-dire objets capables de fédérer des collectifs concernés par leurs pratiques. L’invention de tels procédés, liant régimes techniques, symboliques, esthétiques, scientifiques, écologiques et pratiques, nécessite une approche propre au design. Il s’agit de rendre saisissables, au sens perceptif et corporel du terme, des réalités habituellement inaccessibles.