25.09.2016

Écoconception, graphisme et environnement visuel

Groupe de recherche coordonné par Roxane Jubert
(roxane.jubert@ensad.fr)

Intervenante associée : Vonnik Hertig (design couleur, espace)

Ce groupe de recherche a pour objectif de construire, au sein d’EnsadLab, un espace consacré aux relations entre graphisme, écoconception et environnement visuel. Il s’agit d’œuvrer à une approche, à une pratique et à une connaissance de la communication visuelle – incluant son contexte de production, sa réception, etc. – dans une perspective de soutenabilité. Ouvert en 2016, ce groupe est voué à ces thématiques, fondamentales aussi bien pour la vision contemporaine que pour l’avenir.

Intégrer une conscience de l’environnement interroge les données issues de la culture graphique, ses modèles et ses codes. Une telle visée invite à réfléchir, à projeter et à pratiquer la communication visuelle à travers d’autres priorités. Elle invite à des élaborations prospectives, innovantes, critiques ou décalées – passant, si besoin, par une reconsidération des pratiques, des matériaux, des sujets et des critères établis ou consacrés. Création, conception, production, perception, espace chromatique, technique, fabrication, consommation, usage, recyclage, etc. : autant de facettes de la vie des objets graphiques, qui peuvent être explorées, analysées, questionnées, déplacées, réinventées, imaginées, etc.

Les principales intentions de ce groupe de recherche consistent à :

– favoriser la conscience de l’environnement dans le champ de la communication visuelle,
– inviter à réfléchir aux articulations possibles entre au moins deux de ces trois termes : écoconception, graphisme et environnement visuel,
– mettre l’accent sur ces articulations, et en faire une priorité – en particulier pour tout ce qui a trait à la durabilité, à l’écoconception, à l’environnement, ainsi qu’à tout autre aspect susceptible de participer à cette optique,
– accueillir, encourager et accompagner des recherches et explorations inscrites dans ces thématiques et portant ces objectifs de façon affirmée,
– développer un espace d’échanges et de rencontres pour celles et ceux qui partagent ces intérêts et qui travaillent à ces questionnements,
– accompagner des étudiants en année prédoctorale dans le choix et l’élaboration d’un projet de thèse,
– favoriser des synergies et susciter des initiatives en la matière.

Cet espace de recherche vise, de façon volontaire, à se définir comme ouvert à une pluralité de vues, d’approches et de problématiques. Il intègre le design graphique mais ne s’y limite pas, dans la mesure où il s’agit de pouvoir étendre les questions au cycle de vie des productions graphiques – depuis leurs composantes à leur existence et leur destinée. De fait, si le graphisme est au cœur de ce programme, il laisse de la place pour d’autres champs de compétences susceptibles d’apports ou de croisements féconds. Ce groupe peut accueillir, de façon ponctuelle, des intervenants venant d’horizons divers, dont la spécialité et l’expertise s’inscrivent dans sa thématique. De façon plus générale, la dimension internationale a aussi un rôle à jouer dans ces perspectives de recherche.

Les projets développés et discutés au sein de ce groupe peuvent tout aussi bien :

– interroger les signes, les messages, la couleur, les supports, les matériaux, la perception, etc.
– relever de la communication visuelle, de l’écriture et de la typographie, du design, de l’art – ou bien encore de la transdisciplinarité et d’autres champs d’activité (dans la mesure où ils recoupent ou élargissent les questionnements définissant ce groupe),
– selon les cas, poursuivre une visée spécialisée ou se construire dans un esprit transversal,
– focaliser sur des questions de contenu, sur la dimension matérielle, sur des aspects perceptifs, sur une reconsidération des pratiques, servir des sujets ou des causes peu ou pas abordés par le design graphique, interroger les codes et les repères établis, s’appuyer sur des données environnementales, etc.,
– nourrir des approches pragmatiques, poétiques, prospectives, historiques, philosophiques, techniques, fonctionnelles, didactiques, critiques, philanthropiques, utopiques…

Autant de pistes et de questionnements qui peuvent provenir d’une préoccupation personnelle, d’un mode de réflexion, d’un engagement singulier, d’une pertinence pratique, d’une volonté de faire œuvre utile, d’une vision renouvelée de la matérialité, d’une étude de la perception ou de la cognition, de créations et de propositions alternatives, d’une pensée de l’environnement, d’une posture critique, d’un non-conformisme, d’un cheminement à partir des pratiques de consommation et de production, d’une éthique, etc.

Étudiants-chercheurs, année scolaire 2017-2018 :

(année prédoctorale)
Victoria Calligaro
Cássia D’Elia Oliveira
Cédric Pierre

Étudiants-chercheurs, année scolaire 2016-2017

Pour sa première année d’ouverture, ce groupe a accueilli, à la rentrée 2016, trois étudiants en année prédoctorale :
Julie Blanc
Cássia D’Elia Oliveira
Cédric Pierre